Formation sur la Convention de Rotterdam dans le cadre de la réunion du Groupe de coordination des Commissions de contrôle des pesticides des Caraïbes (CGPC) et de la réunion du Comité directeur du projet GCP/SLC/204/GFF

Bridgetown (Barbade), du 11 au 15 juin 2018

Lieu de la réunion : Hôtel Courtyard, Bridgetown (Barbade)

Points essentiels : La réunion des Commissions de contrôle des pesticides des Caraïbes (CGPC) et la réunion du comité directeur du projet GCP/SLC/204/GFF se sont tenues respectivement à la Barbade du 11 au 13 juin et les 14 et 15 juin 2018. L’AGPMC est l’unité technique chef de file pour le projet et le Secrétariat de la Convention de Rotterdam a travaillé en étroite collaboration avec celle-ci dans le Groupe de coordination des Commissions de contrôle des pesticides des Caraïbes (CGPC) et le projet GCP/SLC/204/GFF. Cette réunion a rassemblé 12 pays de l’Amérique latine, pour la plupart des Parties à la CR, les participants étant principalement des AND. Cela a offert une occasion prodigieuse d’établir le dialogue avec un grand nombre d’AND, procédant avec elles au suivi des obligations relevant de la CR et des méthodes de transfert pour la mise en œuvre de la surveillance des préparations pesticides extrêmement dangereuses dans les petits États insulaires en développement d’Afrique et d’Amérique latine.

Organisateurs : Équipe de réduction des risques posés par les pesticides (AGPMC) à la FAO, FAOSLC, Secrétariat de la Convention de Rotterdam à la FAO, PAN-UK

Langue de travail : anglais

Objectifs de la réunion : 

  • Assister à la réunion du Groupe de coordination des Commissions de contrôle des pesticides des Caraïbes (CGPC) et donner une vue d’ensemble de la CR, des obligations et des avantages pour les Parties ainsi que souligner le lien avec les produits chimiques hautement dangereux et apporter des contributions sur d’autres aspects du cycle de vie des pesticides et les solutions de remplacement
  • Apporter un soutien technique à la réunion du Comité directeur du projet GCP/SLC/204/GFF
  • Dispenser, en collaboration avec PAN-UK, une formation d’une demi-journée sur les propositions concernant les préparations pesticides extrêmement dangereuses dans le cadre de l’article 6 de la Convention de Rotterdam et partager l’expérience acquise dans les petits États insulaires en développement d’Afrique afin de transférer la méthode d’intervention aux petits États insulaires en développement d’Amérique latine.
  • Collaborer avec l’AGPMC en matière de gestion des pesticides (aide la CR dans les 3 étapes concernant les pesticides hautement dangereux : identification, évaluation et atténuation des risques)
  • Se concerter avec le consultant national de la région des Caraïbes au sujet de l’élément 5 de la méthodologie et des étapes suivantes
  • Poursuivre le processus de ratification avec Sainte-Lucie, la Barbare et la Grenade (pas finalement présente à la réunion)
  • Faciliter l’identification des priorités pour la proposition FEM et apporter un soutien technique en matière de gestion des pesticides dans les exercices en groupe et les discussions en plénière.
  • Faciliter la discussion en groupe sur six thèmes principaux en apportant des contributions techniques et en accordant une attention particulière aux jeunes et à l’égalité des chances entre femmes et hommes

Groupe cible : ont assisté à la réunion du CGPC 51 participants venus de 12 pays : Barbade, Bélize, Sainte-Lucie, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Saint-Christophe-et-Niévès, Trinité-et-Tobago, Jamaïque, Guyane, Dominique, République dominicaine, Cuba, Suriname. Responsables du registre des pesticides. Certains responsables du registre des pesticides étaient également des AND de la Convention de Rotterdam. En outre, des centres de recherche, des industries et des ONG telles que PAN-UK ont assisté à la réunion.

Résultats

  • Les participants ont reçu une formation sur les obligations et les possibilités relevant de la Convention de Rotterdam – on a montré des cas d’empoisonnement par les pesticides et la déclaration d’incidents causés par des préparations pesticides extrêmement dangereuses – en collaboration avec PAN-UK – on a partagé des expériences vécues en Géorgie et dans les petits États insulaires en développement lusophones d’Afrique
  • L’égalité des sexes et la participation des jeunes ont été pleinement intégrées dans les exercices en groupe et les discussions en plénière, de même que l’importance d’une formation professionnelle à la gestion des pesticides
  • De nombreux participants des Caraïbes ont souligné l’importance de former le personnel médical des centres de santé pour la déclaration des cas d’empoisonnement dans le cadre de l’article 6
  • Apport de contributions et partage d’expérience concernant l’analyse des lacunes juridiques – même analyse également dans la région des Caraïbes par un consultant national
  • Visite du plus grand fabricant caraïbe d’aérosols implanté à la Barbade. 
  • Facilitation de la discussion durant les exercices en groupe sur les pesticides hautement dangereux et les solutions de remplacement animés par PAN-UK. 

Documents de l’atelier

 

TitleEnglish
Items: 2Load time table: 202.8952 msec
Agenda17.38 K
List of participant232.38 K

Coordonnées de la personne à contacter

Pour plus d’informations sur l’atelier, veuillez contacter Nadia Correale nadia.correale@fao.org.