Atelier de validation final concernant les résultats de l’enquête de terrain sur les cas d’empoisonnement par les préparations pesticides extrêmement dangereuses au Malawi

Lilongwe (Malawi), le 20 décembre 2017

Lieu: Hôtel Lilongwe, Chilembwe Road, Lilongwe (Malawi)

Aperçu: L’atelier de validation final complétera l’enquête de terrain menée afin de collecter des données sur les cas d’empoisonnement causés par les préparations pesticides extrêmement dangereuses et l’analyse connexe, réalisées par l’AND avec le soutien des fonctionnaires du ministère malawite des Affaires environnementales (EAD). Il a été précédé, en juillet 2017, de l’atelier de lancement qui avait, notamment, pour objet de former les enquêteurs.

Langues de travail: Anglais

Organisateurs

L’atelier est organisé par le Secrétariat avec le soutien du ministère malawite des Affaires environnementales. Il est financé par le projet EP/GLO/785/UEP (GPGC 2015) : « Renforcement des capacités de suivi et de déclaration des préparations pesticides extrêmement dangereuses ».

Objectifs de l’atelier

L’atelier de validation fournira un cadre pour la présentation des résultats de l’enquête de terrain et de l’analyse des cas d’empoissonnement causés par les préparations pesticides extrêmement dangereuses à un vaste éventail d’experts techniques du Malawi ainsi qu’aux parties prenantes concernées s’intéressant à cette question. De plus, l’atelier fournira l’occasion de formuler des recommandations principales à partir de l’étude et de recommander la voie à suivre, lesquelles seront incorporées dans le rapport final et une proposition d’interventions visant les préparations pesticides extrêmement dangereuses qui seront menées en ayant recours aux procédures établies.

Type d’audience

Le groupe cible comprendra des fonctionnaires du ministère de l’Agriculture (département des Services de vulgarisation et département de la Planification, département des Cultures) ; de l’Agricultural Research Extension Trust ; du ministère du Travail ; du ministère des Ressources naturelles, de l’Énergie et des Mines ; de la Commission de contrôle des pesticides ; du ministère de la Santé ; de la FAO Malawi ; du ministère des Affaires environnementales ; des représentants de l’Association malawite des consommateurs ; de l’Institut malawite de normalisation ; de Crop life Malawi ; de la Farmers Organisation of Malawi ; le président des agro-commerçants malawites ; et des représentants de l’Université nationale d’agriculture de Lilongwe ainsi que des médias.

Documents de l’ateier

 

TitleEnglish
Items: 3Load time table: 265.2032 msec
List of participants50 K
Dissemination of field survey86.04 K
Report534 K

Résultats

Lors de l’atelier on a présenté les résultats de l’analyse, qui étaient les suivants:

L’enquête de terrain a été menée dans les régions suivantes du Malawi : Région nord, à Mzimba ; Région centrale, à Dedza, Lilongwe et Salima ; Région sud, à Balaka, Zomba, Chikwawa et Thyolo. Au total, 1 157 petits exploitants ont été interrogés, dont 59 % de femmes et 41 % d’hommes. Ces petits agriculteurs exploitaient en moyenne une superficie de 2,14 hectares. Sur les 1 157 exploitants interrogés, les pourcentage/nombre d’entre eux qui utilisaient des pesticides était de 85,99 %. Les types de pesticides utilisés qui ont été relevés étaient les suivants : insecticides : 81,8 % ; fongicides : 16,8 ; herbicides : 6,8 % ; rodenticides : 3,2 ; 16 % d’agriculteurs disent utiliser des vêtements de protection (pas d’équipement complet de protection individuelle) et 75 % portent des vêtements ordinaires. Signes ou symptômes inhabituels après une exposition aux pesticides : 76 % ont signalé des signes inhabituels, dont : irritation des yeux (21 %) ; irritation cutanée (46 %) ; toux (34 %) ; maux de tête (13 %). Les exploitants touchés ont été exposés aux pesticides par les voies suivantes : cutanée : 40 % ; buccale : 4 % ; nasale : 26 % ; yeux : 3 %. Les pesticides couramment employés par les agriculteurs y ayant été exposés sont les suivants : Cyperméthrine 75 % ; Actellic et Shumba Super Dust – 45 % ; parmi les autres figurent le Dithane, le Karaté et le Dudu. On a relevé 282 cas d’empoisonnement par les pesticides.

Coordonnées de la personne à contacter

AND de la Convention de Rotterdam, Mme Carol Theka, ministère des Affaires environnementales, caroltheka@yahoo.com.