Sous les projecteurs

Mme Stendhal a été nommé Secrétaire général par intérim de la Convention de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm

Depuis avril 2014, Kerstin a été Secrétaire général par intérim de la Convention de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm.

Kerstin a rejoint le Secrétariat en tant que Secrétaire exécutif adjoint de la Convention de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm en novembre 2012.

Mme Stendhal a été nommé Secrétaire général par intérim de la Convention de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm

Mme Stendhal a été nommé Secrétaire général par intérim de la Convention de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm
 
Minimize

Annonces

Présentation de candidature jusqu’au 2 mai 2014.

Avis de vacance de poste pour recruter un fonctionnaire au niveau professionnel / Spécialiste de l’agriculture (P-2)

 

Calendrier des Conventions de Bâle, Rotterdam et Stockholm

 
Le Secrétariat a réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 50% entre 2010 et 2012, et prends des mesures actives pour devenir neutre en CO2.

Le Secrétariat agit afin de promouvoir les pratiques respectueuses de l’environnement

Le Secrétariat agit afin de promouvoir les pratiques respectueuses de l’environnement
Le Secrétariat a réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 50% entre 2010 et 2012, et prends des mesures actives pour devenir neutre en CO2.

Mise en vigueur du Système d’information sur les visas (VIS)

Procédure de demande de visa pour la Suisse

Procédure de demande de visa pour la Suisse

Le 11 octobre 2011, les États membres de l’espace Schengen ont mis en vigueur le Système d’information sur les visas (VIS). Dans le VIS sont recueillies les données biométriques (10 empreintes digitales et photographie du visage) des demandeurs de visas de l’espace Schengen. Tous les consulats et ambassades suisses seront progressivement connectés au système VIS.

Un document en plusieurs langues expliquant la mise en œuvre du système VIS ainsi que l’enregistrement des données biométriques, et présentant le calendrier selon lequel les ambassades/consulats suisses seront connectés au système VIS, est consultable en cliquant sur le lien web suivant : http://www.bfm.admin.ch/content/bfm/en/home/themen/einreise/einfuehrung_vis.html

Le délai d’obtention d’un visa dépend en grande partie des circonstances locales. Veuillez prévoir suffisamment de temps pour le traitement de la demande de visa, conformément aux indications données sur le site web suivant : http://www.bfm.admin.ch/content/bfm/en/home/themen/einreise/merkblatt_einreise.html

Si la Suisse n’a pas de représentation consulaire dans votre pays, il vous faudra peut-être vous rendre dans un pays voisin pour obtenir votre visa. Il est donc fortement conseillé aux demandeurs de se renseigner directement auprès d’une ambassade/d’un consulat suisse dans leur pays de résidence ou dans un pays voisin ou de consulter le site web approprié.

La Suisse a mis en place les mesures nécessaires pour faciliter la délivrance de visas aux représentants officiels invités à prendre part aux conférences et aux réunions internationales d’organisations ayant conclu un accord de siège, ainsi qu’à d’autres personnes invitées dans le cadre de missions de bons offices.

Nous souhaitons vous rappeler qu’il relève de la responsabilité de chaque participant d’obtenir le visa d’entrée qu’il lui faut pour la Suisse. Veuillez noter qu’au moment de la rédaction de la présente note, un visa Schengen est obligatoire même si vous ne faites que transiter par les pays européens de l’espace Schengen. Des informations supplémentaires sont disponibles sur le site du Département fédéral suisse des affaires étrangères, à l’adresse suivante: http://www.eda.admin.ch/eda/en/home/reps.htm

Lorsque des circonstances exceptionnelles l’exigent, la Suisse peut délivrer des visas à validité territoriale limitée (VTL). Veuillez consulter le site web suivant pour de plus amples informations sur cette procédure ainsi que sur les conditions et les restrictions applicables aux visas VTL: http://www.eda.admin.ch/eda/en/home/topics/intorg/un/unge/gepri/manvis/manvi2.html

La Convention de Rotterdam célèbre l’Année internationale 2014 des PEID

La Convention de Rotterdam célèbre l’Année internationale 2014 des PEID

Célébrez le dixième anniversaire de l’entrée en vigueur de la Convention de Rotterdam et l’Année internationale 2014 des petits États insulaires en développement

La Convention de Rotterdam célèbre l’Année internationale 2014 des PEID

La Convention de Rotterdam célèbre l’Année internationale 2014 des PEID
Célébrez le dixième anniversaire de l’entrée en vigueur de la Convention de Rotterdam et l’Année internationale 2014 des petits États insulaires en développement
Lancement du premier outil d’entrainement en ligne pour prévenir le commerce illégal des produits chimiques dangereux et des déchets

Lancement du premier outil d’entrainement en ligne pour prévenir le commerce illégal des produits chimiques dangereux et des déchets

L’INTERPOL et le Secrétariat BRS ont lancé un module d’entrainement en ligne pour assister les officiers appliquant la loi, à identifier et prévenir le commerce illégal des produits chimiq...

Lancement du premier outil d’entrainement en ligne pour prévenir le commerce illégal des produits chimiques dangereux et des déchets

Lancement du premier outil d’entrainement en ligne pour prévenir le commerce illégal des produits chimiques dangereux et des déchets
 
Nouveaux outils interactifs publiés

Nouveaux outils interactifs publiés

Outils interactifs facilitant la lecture de longs documents en ligne.

Nouveaux outils interactifs publiés

Nouveaux outils interactifs publiés

Outils interactifs rendant la lecture de longs documents en ligne un jeu d'enfant

Trois outils interactifs ont été publiés afin de soutenir les Autorités Nationales Désignées (AND) et tous les acteurs concernés dans l’implémentation de la Convention de Rotterdam. Les informations disponibles comme version de bureau et pour tablette ont été développées en Html5, conçues pour faciliter la lecture de longs documents sur un écran.

Le guide interactif à l’intention des Autorités Nationales Désignées sur le fonctionnement de la Convention de Rotterdam est un outil essentiel pour les AND décrivant en détail tous les éléments clefs et les obligations de la Convention.

Formulaires interactifs et instructions assistera les Parties dans la mesure d’identifier l’information nécessaire afin de compléter les formulaires et d’être en conformité avec les obligations de la Convention.

Le texte de la Convention et ses 30 articles et 6 annexes. Cette version interactive du texte de la Convention facilite la navigation à travers les différents articles et annexes.

Les trois outils interactifs furent produits à travers le support financier de l’Union Européenne dans le cadre du programme de l’assistance technique 2014-2015 de la Convention de Rotterdam.

 

Protéger la santé humaine et l’environnement - la Convention de Rotterdam, en vigueur depuis 10 ans

Protéger la santé humaine et l’environnement - la Convention de Rotterdam, en vigueur depuis 10 ans

Clayton Campanhola, Secrétaire exécutif de la Convention de Rotterdam et Directeur de la Division de la production végétale et de la protection des plantes de la FAO et Christine Fuell, Responsable technique principale et coordonnatrice de la partie du secrétariat de la Convention de Rotterdam administrée par la FAO ont publié cet article dans la base de connaissances Chemicals and Wastes Policy & Practice de l’IISD le 7 janvier 2014.

L’adoption du document L’avenir que nous voulons à Rio+20 et son approbation par l’Assemble générale des Nations Unies a réaffirmé l’objectif, fixé en 2002 lors du Sommet mondial sur le développement durable tenu à Johannesburg, de veiller à ce que d’ici à 2020 « les produits chimiques soient produits et utilisés de manière à ce que les effets néfastes graves sur la santé humaine et sur l’environnement soient réduits au minimum ».

Dès 1989, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) ont instauré une procédure volontaire de Consentement préalable en connaissance de cause (PIC) à partir de deux instruments antérieurs, à savoir le Code de conduite en matière de distribution et d’utilisation des pesticides, que la FAO a présenté officiellement en 1985 (et révisé en 2013), et les Directives de Londres régissant l’échange d’informations concernant les produits chimiques qui font l’objet d’un commerce international, élaboré par le PNUE en 1987 pour s’assurer que les gouvernements disposent des informations nécessaires pour évaluer les risques posés par les produits chimiques dangereux et prendre des décisions en connaissance de cause concernant leur importation future.

En 1998, un Comité de négociation intergouvernemental convoqué par la FAO et le PNUE a achevé ses négociations relatives à l’élaboration d’un instrument juridiquement contraignant propre à assurer l’application de la procédure PIC, et le texte de la Convention de Rotterdam sur la procédure de consentement préalable en connaissance de cause applicable à certains produits chimiques et pesticides dangereux qui font l’objet d’un commerce international a étéadopté et ouvert à la signature lors de la Conférence des plénipotentiaires tenue à Rotterdam le 10 septembre de la même année.

La Convention est entrée en vigueur le 24 février 2004, 90 jours après le dépôt du 50ème instrument de ratification, d’acceptation, d’approbation ou d’adhésion.  En date de janvier 2014, la Convention est juridiquement contraignante pour 154 Parties.

Un mémorandum d’accord entre le PNUE et la FAO [1] a été approuvé par la deuxième Conférence des Parties dans sa décision RC-2/5 et signé par le Directeur général de la FAO et le Directeur exécutif du PNUE en décembre 2005. Ce mémorandum d’accord énonce les dispositions prises pour l’exercice conjoint des fonctions du Secrétariat de la Convention de Rotterdam. Il dispose que « Chaque organisation assumera les responsabilités décrites dans le présent mémorandum d’accord dans son domaine de compétence respectif, compte tenu des forces et de l’expérience qui lui sont propres, la FAO étant principalement responsable des pesticides et le PNUE étant principalement responsable des autres produits chimiques, pour faciliter la mobilisation par le Secrétariat de toute la gamme des compétences scientifiques, techniques et économiques requises par la Convention. » (Principes généraux, 1.3).

Le Secrétariat conjoint FAO/PNUE de la Convention de Rotterdam est un exemple presque unique d’excellente collaboration entre deux agences des Nations Unies.

La Convention de Rotterdam partage son objectif ultime de protéger la santé humaine et l’environnement des produits dangereux avec les Conventions de Bâle et de Stockholm. En 2011, afin de renforcer la coopération et la coordination entre ces trois accords multilatéraux sur l’environnement, les Conférences des Parties aux trois Conventions ont décidé dans trois décisions pratiquement identiques sur les synergies de créer un poste de chef commun des Secrétariats des Conventions de Bâle et de Stockholm et de la partie du Secrétariat de la Convention de Rotterdam administrée par le PNUE.

Depuis 2012, Jim Willis assure les fonctions de Secrétaire exécutif des Conventions de Bâle et de Stockholm et de la partie de la Convention de Rotterdam administrée par le PNUE, tandis que la FAO fournit le Secrétaire exécutif de la partie de la Convention de Rotterdam qu’elle administre.

Actuellement, environ 70 % des produits chimiques inscrits à l’annexe III, qui sont obligatoirement soumis à la procédure PIC, sont des pesticides. En 2015, les Parties à la Convention de Rotterdam examineront s’il y a lieu d’inscrire à cette annexe deux autres pesticides et une préparation pesticide extrêmement dangereuse afin de veiller à ce que des mesures puissent être prises en connaissance de cause pour protéger la santé humaine et l’environnement de leurs effets néfastes.

Neuf des 12 polluants organiques persistants (POP) initialement reconnus comme tels et six des dix nouveaux POP inscrits aux annexes de la Convention de Stockholm sont des pesticides, ce qui fait que ces derniers représentent également 70 % environ des POP inscrits.

La Convention de Bâle s’intéresse aux pesticides en tant que déchets dangereux et propose des directives techniques pour la gestion écologiquement rationnelle des déchets constitués de pesticides POP, en contenant ou contaminés par ces substances.

La partie du Secrétariat de Rotterdam administrée par la FAO étudie constamment les possibilités de renforcer son efficience et d’améliorer son efficacité, notamment dans le domaine de l’assistance scientifique et technique, par le biais d’une coopération plus étroite avec la partie du Secrétariat administrée par le PNUE et avec les Secrétariats des Conventions de Bâle et de Stockholm. Un premier tour d’horizon des possibilités [2] de renforcement des synergies entre les Secrétariats des Conventions et le Programme de la FAO concernant les pesticides a été présenté en 2013 aux Conférences des Parties. En 2014, les Secrétariats des Conventions continueront de mettre ces synergies en place.

Parmi les exemples d’actions menées en synergie figurent les activités d’assistance technique et de renforcement des capacités qui ont lieu actuellement aux niveaux national et régional afin d’identifier des solutions de remplacement, notamment pour les pesticides POP et les pesticides de l’annexe III nouvellement inscrits. Des travaux sont également en cours afin de mieux intégrer, au niveau national, les dimensions sociales des stratégies de réduction des risques associés aux pesticides qui pourraient être applicables pour les trois Conventions. La partie du Secrétariat de la Convention de Rotterdam administrée par la FAO vise également à améliorer la communication et la valorisation des synergies nationales auprès des principales parties prenantes dans la mise en œuvre des trois conventions par l’intermédiaire des bureaux régionaux de la FAO.

---------------------------------------------------------------------

[ 1 ] Mémorandum d’accord entre le Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et le Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) concernant les dispositions relatives à l’exercice conjoint des fonctions du Secrétariat de la Convention de Rotterdam sur la procédure de consentement préalable en connaissance de cause applicable à certains produits chimiques et pesticides dangereux qui font l’objet d’un commerce international.

[ 2 ] UNEP/FAO/CHW/RC/POPS/EXCOPS.2/INF/9

Minimize

Actualités de la Convention de Rotterdam

Syndicate
Réunion du Bureau de la COP

Le Bureau de la COP-7 se réunira les 4 et 5 juin 2014 au siège de la FAO à Rome, Italie, pour examiner les progrès réalisés dans la mise en œuvre des décisions prises par la Conférence lors de sa dernière réunion et pour discuter de la préparation de la prochaine réunion de la COP en 2015.

Réunion du Bureau de la COP

Réunion du Bureau de la COP
 
Des alternatives chimiques et non chimiques à l'endosulfan
Le webinaire vise à sensibiliser sur les obligations relatives à l'endosulfan dans les Conventions de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm et à partager l'information disponible sur les alternatives possibles chimiques et non chimiques de l'endosulfan.

Des alternatives chimiques et non chimiques à l'endosulfan

Des alternatives chimiques et non chimiques à l'endosulfan
Le webinaire vise à sensibiliser sur les obligations relatives à l'endosulfan dans les Conventions de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm et à partager l'information disponible sur les alternatives possibles chimiques et non chimiques de l'endosulfan.
La mobilisation des ressources pour l’exercice biennal 2014-15 s’initie avec des notes conceptuelles pour des contributions financières volontaires.

Une liste des notes conceptuelles pour l’exercice biennal 2014/15 est maintenant disponible.

La mobilisation des ressources pour l’exercice biennal 2014-15 s’initie avec des notes conceptuelles pour des contributions financières volontaires.

La mobilisation des ressources pour l’exercice biennal 2014-15 s’initie avec des notes conceptuelles pour des contributions financières volontaires.

La mobilisation des ressources pour l’exercice biennal 2014-15 s’initie avec des notes conceptuelles pour des contributions financières volontaires.

Facilitation de l'entrée en vigueur de l'Amendement d'interdiction: processus et procédures pour devenir Partie aux conventions de Bâle / Rotterdam / Stockholm
L’objectif du « webinar » est d’informer sur comment devenir Partie à l’Amendement Portant Interdiction de la Convention de Bâle et aux Conventions de Bâle, Rotterdam et Stockholm.

Facilitation de l'entrée en vigueur de l'Amendement d'interdiction: processus et procédures pour devenir Partie aux conventions de Bâle / Rotterdam / Stockholm

Facilitation de l'entrée en vigueur de l'Amendement d'interdiction: processus et procédures pour devenir Partie aux conventions de Bâle / Rotterdam / Stockholm
L’objectif du « webinar » est d’informer sur comment devenir Partie à l’Amendement Portant Interdiction de la Convention de Bâle et aux Conventions de Bâle, Rotterdam et Stockholm.
Lois Nationales pour mettre en œuvre la Convention de Rotterdam
Le “webinar” a pour objectif d’introduire des outils et des cas pratiques, s’agissant de lois nationales, pour mettre en œuvre la Convention de Rotterdam.

Lois Nationales pour mettre en œuvre la Convention de Rotterdam

Lois Nationales pour mettre en œuvre la Convention de Rotterdam
Le “webinar” a pour objectif d’introduire des outils et des cas pratiques, s’agissant de lois nationales, pour mettre en œuvre la Convention de Rotterdam.
Bonnes fêtes et meilleurs vœux pour l'année 2014

Le Secrétariat des Conventions de Bâle, Rotterdam et Stockholm

Bonnes fêtes et meilleurs vœux pour l'année 2014

Bonnes fêtes et meilleurs vœux pour l'année 2014

From the Secretariat of the Basel, Rotterdam and Stockholm Conventions

Season’s Greetings and Best Wishes for the New Year 2013
La formation vise à former des candidats hautement qualifiés pour présider des réunions des conventions

Stage de formation pilote sur la manière de présider les réunions des conventions de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm, Genève, Suisse, 3-5 mars 2014.

La formation vise à former des candidats hautement qualifiés pour présider des réunions des conventions

La formation vise à former des candidats hautement qualifiés pour présider des réunions des conventions
 
Des experts de l’ONU recommandent d’ajouter trois pesticides à la liste mondiale des produits à surveiller soumis à la procédure PIC
Le Comité d’étude des produits chimiques de la Convention de Rotterdam a tenu sa neuvième réunion à Rome du 22 au 24 octobre 2013.

Des experts de l’ONU recommandent d’ajouter trois pesticides à la liste mondiale des produits à surveiller soumis à la procédure PIC

Des experts de l’ONU recommandent d’ajouter trois pesticides à la liste mondiale des produits à surveiller soumis à la procédure PIC

Genève et Rome, le 25 octobre 2013 - Le Comité d’étude des produits chimiques, l’organe subsidiaire scientifique de la Convention de Rotterdam, a recommandé cette semaine que le méthamidophos (pesticide) et le fenthion 640 ULV* (une préparation pesticide extrêmement dangereuse) soient soumis à la procédure de consentement préalable en connaissance de cause (PIC) de la Convention. Le Comité a également adopté le projet de document d’orientation des décisions (DOD) pour le trichlorfon, un pesticide dont l’inscription a été recommandée par le Comité lors de sa huitième, tenue en mars 2012.

À l’issue de la neuvième réunion du Comité d’étude des produits chimiques, il a été décidé de transmettre trois nouveaux documents d’orientation des décisions à la Conférence des Parties en mai 2015, afin qu’elle examine la proposition d’inscription des produits chimiques concernés à l’Annexe III de la Convention, ainsi que leur soumission à la procédure PIC.

La procédure de consentement préalable en connaissance de cause de la Convention est un outil essentiel grâce auquel les pays en développement peuvent prendre des décisions responsables, en connaissance de cause, concernant l’importation et l’utilisation des produits chimiques qui représentent un danger pour l’environnement et la santé humaine. Il permet aux gouvernements des États membres de s’avertir mutuellement des dangers potentiels en échangeant des informations sur les produits chimiques interdits ou strictement réglementés et de prendre des décisions en connaissance de cause à leur sujet. Cette disposition empêche le commerce non désiré des produits chimiques inscrits à l’annexe III de la Convention et constitue un système d’alerte rapide.

Le Comité a examiné les notifications de mesures de réglementation finales prises par les Parties pour cinq produits chimiques : le cyhexatin, l’arséniate de plomb, le carbonate de plomb, le méthamidophos, le pentachlorobenzène et une préparation pesticide extrêmement dangereuse, le fenthion 640 ULV.

Pour quatre produits chimiques – le cyhexatin, l’arséniate de plomb, le carbonate de plomb et le pentacholorobenzène – le Comité a convenu que les critères n’étaient pas satisfaits et aucune autre décision ne sera prise pour l’instant en ce qui concerne ces produits chimiques.

« C’est la deuxième fois depuis l’entrée en vigueur de la Convention en 2004 que le Comité recommande l’inscription d’une préparation pesticide extrêmement dangereuse sur la liste des produits chimiques soumis à la procédure de consentement préalable en connaissance de cause en recourant au mécanisme accéléré qui garantit le respect des droits des pays en développement de savoir et de commercialiser les produits chimiques en toute sécurité », a déclaré Clayton Campanhola, Secrétaire exécutif de la Convention de Rotterdam auprès de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

« La soumission de ces pesticides à la procédure PIC de la Convention de Rotterdam continuerait de prêter main forte aux gouvernements et appuierait la prise de décision en connaissance de cause concernant l’importation et l’utilisation des produits chimiques reconnus comme ayant des effets nocifs sur la santé humaine et l’environnement », a affirmé Kerstin Stendahl, Secrétaire exécutive adjointe des Conventions de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm.

Les recommandations du Comité seront envoyées aux Parties à la Convention de Rotterdam pour examen lors de la septième réunion de la Conférence des Parties, prévue du 4 au 15 mai 2015 à Genève.

La dixième réunion du Comité d’étude des produits chimiques se tiendra à Rome (Italie) du 20 au 24 octobre 2014 et sera suivie immédiatement par celle du Comité d’étude des POP de la Convention de Stockholm, prévue du 27 au 31 octobre 2014.

Note à l’intention des rédacteurs:

La Convention de Rotterdam sur la procédure de consentement préalable en connaissance de cause applicable à certains produits chimiques et pesticides dangereux qui font l’objet d’un commerce international vise en encourager le partage des responsabilités et la coopération entre les Parties dans le domaine du commerce international de certains produits chimiques dangereux afin de protéger la santé humaine et l’environnement contre des dommages éventuels. La Convention contribue à l’utilisation écologiquement rationnelle de ces produits chimiques en facilitant l’échange d’informations sur leurs caractéristiques, en instituant un processus national de prise de décision concernant leur importation et leur exportation et en assurant la communication de ces décisions aux Parties.

Ensemble, les Conventions de Rotterdam, de Bâle et de Stockholm, les trois principaux traités mondiaux qui réglementent les produits chimiques, les préparations pesticides et les déchets dangereux, peuvent aider les pays à gérer les produits chimiques dangereux tout au long de leur cycle de vie :

  • La Convention de Rotterdam fournit un système d’alerte rapide pour les produits chimiques dangereux et empêche le commerce international non désiré de certains produits chimiques.
  • La Convention de Stockholm réglemente et élimine la production et l’utilisation de polluants organiques persistants (POP).
  • La Convention de Bâle limite le commerce néfaste des déchets dangereux et veille au respect des règles d’élimination des déchets.

Le Comité d’étude des produits chimiques est l’organe subsidiaire scientifique de la Convention de Rotterdam. Il est constitué de trente et un experts scientifiques nommés par la Conférence des Parties à la Convention de Rotterdam, qui sont chargés de procéder à l’examen scientifique des produits chimiques proposés pour inscription à l’annexe III de la Convention.

Le trichlorfon est un insecticide utilisé pour traiter un certain nombre de cultures, dont des fruits et légumes. La recommandation du Comité d’étude des produits chimiques d’inscrire le trichlorfon à l’annexe III de la Convention de Rotterdam repose sur les mesures de réglementation finales soumises par le Brésil et l’Union européenne.

Parmi sa vaste gamme d’utilisations, le fenthion 640 ULV est utilisé entre autres pour la lutte contre les oiseaux granivores. La proposition a été soumise par le Tchad, où la préparation cause des problèmes au niveau de la santé humaine du fait des conditions d’utilisation du produit dans ce pays. Lors de sa neuvième réunion, le Comité a décidé de recommander son inscription à l’annexe III de la Convention de Rotterdam en tant que préparation pesticide extrêmement dangereuse, sur la base de la proposition du Tchad.

Le méthamidophos est un insecticide utilisé pour traiter de nombreuses cultures. Il est déjà inscrit à l’annexe III de la Convention et soumis à la procédure PIC en tant que préparation pesticide extrêmement dangereuse (formulations liquides solubles de la substance qui contiennent plus de 600 g de principe actif par litre) et il est classé comme très dangereux (toxicité par voie orale IB) par l’Organisation mondiale de la santé. À sa neuvième réunion, le Comité a décidé de recommander son inscription à l’annexe III de la Convention de Rotterdam en tant que pesticide, sur la base des mesures de réglementation finales soumises par le Brésil et l’Union européenne.

Veuillez contacter :

Elisabetta TAGLIATI, Chargée de programme, Secrétariat de la Convention de Rotterdam (FAO), Rome, Tél. : +39-06-5705-6420, elisabetta.tagliati@fao.org.

Michael S. JONES, Responsable de l’information, Secrétariat des Conventions de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm (PNUE), Genève, portable/SMS : +41-79-730-4495, michael.jones@brsmeas.org.

Pour de plus amples informations, consulter le site www.pic.int.

---------------------------

*fenthion (préparation pour application à très bas volume (ULV) dont la teneur en principe actif est égale ou supérieure à 640 g/L)

L’Atelier sous-régional francophone pour améliorer la participation effective aux travaux du Comité d’étude des produits chimiques et du Comité d’étude des polluants organiques persistants sera accueilli par le Centre régional

L’atelier vise en particulier les membres des comités et les représentants gouvernementaux de l’Afrique de l’Ouest/Afrique du Nord (Dakar, 19-21 novembre 2013).

L’Atelier sous-régional francophone pour améliorer la participation effective aux travaux du Comité d’étude des produits chimiques et du Comité d’étude des polluants organiques persistants sera accueilli par le Centre régional

L’Atelier sous-régional francophone pour améliorer la participation effective aux travaux du Comité d’étude des produits chimiques et du Comité d’étude des polluants organiques persistants sera accueilli par le Centre régional
 
Le Swaziland accueille l’atelier national sur les Plans d’action nationale pour la mise en œuvre de la Convention de Rotterdam

Avancement des progrès en matière de gestion rationnelle des produits chimiques lors de la réunion stratégique largement suivie qui s’est tenue du 17 au 19 septembre à Mbabane.

Le Swaziland accueille l’atelier national sur les Plans d’action nationale pour la mise en œuvre de la Convention de Rotterdam

Le Swaziland accueille l’atelier national sur les Plans d’action nationale pour la mise en œuvre de la Convention de Rotterdam

La Direction de l’environnement du Swaziland a accueilli, du 17 au 19 septembre 2013, un atelier national visant à déterminer les éléments des Plans d’action nationale ou stratégies pour la mise en œuvre de la Convention de Rotterdam au Swaziland. Trente et un représentants, dont des représentants des ministères de l’Agriculture, de la Santé, du Travail et des Services sociaux, de la Justice et des Affaires constitutionnelles, ainsi que du Commerce et de l’Industrie ; du monde universitaire, des médias, du secteur privé et d’organisations non gouvernementales ont assisté à cet atelier, qui s’est tenu à Mbabane, la capitale. L’Organisation mondiale de la santé, le Programme des Nations Unies pour l’environnement et le Secrétariat des Conventions de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm étaient également représentés.

Le Swaziland, qui a ratifié la Convention de Rotterdam le 24 septembre 2012, et devenue Partie contractante à compter du 24 décembre 2012. L’Autorité nationale désignée pour cette convention est la Direction de l’environnement du Swaziland. À ce jour, le Swaziland a ratifié les Conventions de Bâle, de Stockholm et de Vienne. La Convention de Bâle a également été appliquée sous la forme de Réglementations nationales sur les déchets adoptées en 2010.

En vertu de la Convention de Stockholm, un Plan national de mise en œuvre (PNM) et un inventaire des polluants organiques persistants (POP) ont été achevés à ce jour. Le Plan national de mise en œuvre doit être actualisé afin d’inclure les neuf nouveaux POP.

Le pays a également bénéficié du soutien financier du Fonds d’affectation spéciale du Programme de démarrage rapide (Quick Start) de l’Approche stratégique de la gestion internationale des produits chimiques (SAICM) en vue de la création d’un environnement propice à la mise en œuvre d’une gestion rationnelle des produits chimiques. Cette opération a eu pour résultat principal l’élaboration du Profil national de gestion des produits chimiques et du Document d’évaluation des capacités. Parmi les parties prenantes, cette opération a renforcé la sensibilisation aux problèmes de gestion des produits chimiques.

En tant que nouvelle Partie à la Convention de Rotterdam, le Swaziland s’efforce de s’acquitter de ses obligations. Il n’existe pas encore de registre des produits chimiques importés et aucun système d’information n’est actuellement en place en ce qui concerne les importations de produits chimiques. Les importations de produits chimiques ne sont pas réglementées, à l’exception des substances appauvrissant la couche d’ozone.

Les difficultés actuelles de mise en œuvre de la Convention de Rotterdam concernent les ressources financières et techniques nécessaires au renforcement de la sensibilisation des parties prenantes, et notamment des agriculteurs, des chefs de services agricoles et de santé et des agents des douanes, aux obligations au titre de cette Convention. Un instrument juridique national, ainsi que des mécanismes d’échange d’informations et de coordination interministérielle doivent être mis en place pour permettre une mise en œuvre efficace.

Il sera nécessaire d’élaborer des mécanismes de notification des incidents d’intoxication par les produits chimiques afin d’évaluer les risques d’exposition. Les établissements de santé devront être habilités comme centres antipoison. Cependant, des activités de gestion des produits chimiques sont mises en œuvre dans le pays grâce aux synergies de projets tels que le Programme de démarrage rapide de la SAICM, la Convention de Stockholm Convention et la Convention de Bâle.